Chaud-grouillant

Mets un sous-vêtement bien couvrant, ainsi que qu’assez moulant. Applique ensuite un ou deux tours de sparadrap en rouleau au niveau des cuisses, afin d’assurer l’étanchéité de ton attirail : il ne faut pas qu’un objet que tu glisserais dans ta culotte puisse s’en échapper entre la peau et le tissu.
Pars ensuite à pied à la recherche d’une animalerie ou d’un magasin d’articles de pêche. Tu achèteras là une quantité convenable de vers de farine vivants. Aussitôt hors du magasin, tu auras cinq minutes pour trouver un endroit dicret, où tu videras le contenu de ton sachet ou de ta boîte dans ton sous-vêtement, côté face – tu dois avoir acheté suffisamment de vers pour le garnir largement et les sentir grouiller contre toutes tes parties intimes. Tu te promèneras pendant trois quarts d’heure.

Chaud-grouillant
2.9 (57.78%) 9 votes
, , ,

19 thoughts on “Chaud-grouillant

  1. Bonsoir Tarquilien,
    Je viens de m’inscrire pour te poster mon expérience. Whaou quel défi !! Enfaite, je suis arrivé un soir sur le site que je connaissais depuis quelque temps, et je me suis dit, « j’appuie sur le bouton « défi au hasard » et je le fais, quel que soit ce défi ». Quand je suis tombé dessus j’ai pensé que tu étais fou. Et puis …
    Hahaha une expérience inoubliable. J’ai pris un caleçon assez serré et j’ai mis du scotch marron de bricolage (un petit problème de poils a la fin, mais ça me fait une épilation gratuite :p).
    Je suis ensuite parti en quête d’un magasin de pêche. Habitant Paris, ils ne courent pas forcément les rues, et j’ai dû prendre plusieurs métros pour aller chercher ces fameux vers. Je crois que le vendeur a bien vu que je ne connaissais rien à la pêche et se demandait bien ce que je pouvais faire avec tous ces vers (ou c’est mon imagination ? :o). Il m’a fourni un petit sac en tissus bizarre avec les vers dedans et je suis parti. Petit problème, je n’avais aucunement repéré les lieux et je me suis souvenu subitement que je devais les mettre dans mon caleçon dans les 5 min.
    Autant te dire que j’ai eu un petit coup de stress au début, mais j’ai finalement trouvé un endroit au fond d’une petite rue (mais à Paris, les coins discrets sont rares). J’ai ouvert le sac et regardé à l’intérieur. La vue de ces vers qui grouillait me répugnait un peu, je dois dire. Mais j’ai pensé que je n’avais pas fait tout ce chemin et perdu 15 euros pour me défiler. J’ai rapidement baissé mon pantalon, étiré mon boxer d’une main et retourné le sac dedans. J’ai tout vidé sans réfléchir, et remonté mon pantalon.

    Quelles sensations ! Ho, mon dieu, je les sentais gigoter de partout, autour de mon sexe, de mes testicules, ils étaient partout ! C’est … difficile à décrire. C’est comme si on me caressait de partout. Ils étaient tellement nombreux que mon sexe devenait fou !

    N’oubliant pas le défi, je me mis à marcher. J’avais l’impression que tout le monde me voyait, et surtout que quelqu’un était en train de me masturber en publique. En plus, il y en avait tellement que ça faisait comme une petite couche, et je ne savais pas si ça se voyait ou pas, alors j’étais d’autant plus gêné. Mais mon sexe n’en était nullement atteint et était dans une érection maximale. Et c’est après 10 minutes de marche que ça m’est venu à l’esprit … comment j’allais m’en débarrasser ?! C’était bien beau, mais ton défi ne disait pas comment j’allais faire …

    J’ai dû rentrer chez moi, et pour cela prendre le métro. 1h de métro. Les vers me procuraient un plaisir continu et insoutenable, et j’avais une folle envie de jouir. En plus, je ne pouvais pas m’assoir parce que ça aurait écrasé les vers (autre problème auquel je n’avais pas pensé …). J’étais debout, je n’arrivais pas à réguler ma respiration et plusieurs personnes assises (j’étais le seul debout) me regardaient bizarrement. Et c’est là que j’ai joui. Merci Tarquilien xD jouir dans un métro devant plusieurs personnes, jamais je ne me serais douté que ça pouvait m’arriver. Les gens l’ont remarqué c’est sûr (vu comment j’ai fermez les yeux et comment j’ai rougis après), mais ils n’ont rien dit.

    Après ça je suis rentrée chez moi en essayant d’avoir l’air le plus normal possible. Je me suis mis en caleçon dans la baignoire et ai vidé le plus possible de vers dans le sac. Je suis ressortit et je les aie jeté dans la seine (c’est les poissons qui ont dû être content).

    C’était … Whaou, j’en suis encore tout excité en y repensant. Merci pour ce défi, je m’en vais de ce pas en faire un autre. Enfin, dans quelque temps quand même :p j’ai eu ma dose d’émotion là 🙂

  2. Excellent rapport, merci beaucoup ! Je suis très heureux que ce défi t’ait plu et qu’il se soit révélé aussi intense… le finale dans le métro est grandiose.
    Même si le fait de mettre des vers vivants dans sa culotte peut en rebuter certains, je dois dire que pour ce que j’en sais, les personnes qui vont au bout et qui font ce défi trouvent en général qu’il procure des sensations assez fortes et agréables…

    J’espère que tu auras autant de bonheur avec tes autres tentatives.

  3. Tu peux essayer les pâtes, tout est permis… mais je doute que l’effet soit comparable. Je pense que l’élément psychologique d’avoir quelque chose de vivant dans la culotte est irremplaçable.

    En plus le ver est animé de ses propres mouvements, autonome et imprévisible…

  4. Disons que j’imagine le pire des scénarios avec les vers dans les moindres recoins de mon intimité et des vers téméraires allant à la rencontre de mes ovaires (désolée c’est pour la rythmique en R)
    Jsuis pas fan des animaux et Watin n’est pas exactement spéléo donc je cherche une adaptation ^^’

  5. D’après ce que j’ai pu entendre dire, il semble qu’ils ne soient pas tout à fait aussi téméraires que ça… 🙂 Et puis surtout, une petite bande de sparadrap appliquée à l’endroit stratégique devrait permettre d’éviter le pire et apaiser tes craintes. Ou même, à la rigueur, une pince à linge pour garder tes lèvres closes ?

    Il existe aussi une variante qui consiste à fourrer les vers dans un préservatif, et à insérer ensuite le dit préservatif… Ou une autre version encore, qui permet de s’initier en douceur, en plaçant les vers dans le soutien-gorge.

Laisser un commentaire